PALIMPSESTE

À la manière d’un parchemin dont l’écriture chevauche les traces de textes anciens s’effaçant peu à peu, et qu’on appelle « un palimpseste », le paysage conserve les traces de son passé. Le paysage en tant que « palimpseste de l’histoire » est la métaphore des différentes empreintes de l’Homme sur la Nature à travers le temps. Héritage de huit siècles de civilisation paysanne, le bocage en Mayenne est le résultat d’écritures entremêlées imprimées par les générations successives. Il raconte la singulière sensibilité de l’histoire du monde rural dans l’ouest Français. C’est un vestige de l’époque où l’art de la marqueterie bocagère avait atteint un haut degré d’accomplissement. Les habitants de ce territoire n’ont cessé de raturer et de récrire le vieux grimoire du bocage.  Aujourd’hui la modernité élargit inexorablement son empreinte sur “la campagne éternelle”. Ce bocage inscrit dans le paysage séculaire serait-il menacé d’un effacement irréversible ? Le paysage en Mayenne oppose désormais de façon radicale la transparence des champs ouverts à l’opacité du bocage. Quand l’ombre des haies disparait, nous sommes condamnés à la vision au lointain embrassant le vide de grandes parcelles à perte de vue. Comme si l’horizon avait englouti le paysage érigé depuis des siècles. Aujourd’hui le maillage bocager est devenu une sorte de trompe-l’œil car il se réfère à un paysage qui n’est plus.